Jocelerme Privert

Bienvenue sur le Site web de Jocelerme Privert

Propos du Président Privert à l’occasion de la commémoration du 217e anniversaire l’assassinat de l’Empereur Jean-Jacques Dessalines

Le peuple haïtien, en cette journée solennelle du 17 octobre 2023, se rassemble pour honorer la mémoire du Père fondateur de notre nation, l’Empereur Jean Jacques Dessalines, dont la vie a été tragiquement interrompue, par son lâche assassinat au Pont Rouge. En cette occasion mémorable mes pensées se tournent avec respect et reconnaissance envers cet illustre patriote qui a versé son sang et sacrifié sa vie pour briser les chaînes de l’esclavage, nous léguant en héritage cette terre que nous appelons notre patrie.

Alors que nous commémorons le 217e anniversaire de ce premier parricide de notre histoire en tant que peuple, il est incontournable de réfléchir sur le rêve persistant de Dessalines. Son aspiration à voir une Haïti libre, indépendante, prospère et unie demeure un appel profond à notre conscience collective. Cependant, force est de constater que ce rêve peine encore à se matérialiser dans les faits. Notre pays, aujourd’hui, est à la croisée des chemins. La persistance de cette crise politique délétère, mettant à l’épreuve la résilience de notre nation, exige une réflexion profonde et un engagement renouvelé envers les idéaux d’unité, de liberté et de prospérité que Dessalines a si ardemment défendus et poursuivis.

Un sombre tableau

La situation est préoccupante et nous interpelle tous. Les principales victimes de cette dégradation des conditions de vies au niveau politique, économique, social, environnemental et sécuritaire, sont nos compatriotes, nos vaillants sœurs et frères, vivant dans les quartiers populaires de la capitale et ceux de nos villes de province. L’ancien Président de la République, Son Excellence Monsieur Jocelerme Privert, fidèle à sa conviction et son élan patriotique avéré, une fois encore, élève sa voie et exhorte les uns et les autres à un sursaut patriotique pour sortir le pays de ce chaos. Il les exhorte à s’engager dans la recherche de la paix, de la sécurité et de la stabilité pour redonner espoir à la jeunesse et à nos concitoyens et concitoyennes en général. L’heure est grave. Le tableau est pour le moins sombre. L’urgence d’une entente patriotique entre les principaux protagonistes politiques et le Gouvernement de la République ne peut plus attendre. L’unité a permis à nos ancêtres de briser les chaines et nous donner ce pays en héritage. Il nous faut retrouver cette même unité pour sortir de cette impasse et attaquer les vrais défis qui nous attendent.

En effet, durant ces dernières semaines, l’opinion publique nationale est agitée par un ensemble d’évènements lesquels nous exigent, Haïtiens et Haïtiennes, à nous entendre et à parler d’une seule voix en vue d’une réponse appropriée. Il s’agit, entre autres de :
L’actuel contentieux entre les deux Républiques sœurs partageant l’Ile. La récente décision des populations du Nord-est de réclamer leurs droits légitimes d’utiliser les ressources hydriques de la rivière Massacre, ont provoqué des réactions inattendues et disproportionnées des autorités dominicaines. Il est indéniable que les deux peuples puissent profiter de cette ressource, traversant leurs territoires respectifs, pour le développement de la production agricole de la région.

Les prises de positions publiques des autorités gouvernementales à la 78ème Assemblée Générale des Nations-Unies et à la réunion, tenue à cet effet, par le Conseil permanent de l’Organisation des Etats Américains (OEA) de même que les efforts des populations du Nord-Est doivent être encouragés et appuyés par tout patriote, motivé par le souci du bien-être collectif, peu importe son appartenance politique. Les déclarations intempestives, tonitruantes, agressives, diffamatoires et même hypocrites de certains acteurs politiques, sont loin d’être le canal idéal pour exprimer une quelconque solidarité avec la vaillante population de Ouanaminthe, défendre ce qui est légitime et encore plus forcer la diplomatie à agir selon les règles du jeu. Il revient à l’Etat haïtien, dans son expression de souveraineté, d’assumer sa pleine et entière responsabilité dans la gestion de ce dossier au plus haut sommet et dans l’intérêt national.

L’ancien Président Jocelerme Privert, de son statut de citoyen libre, a fait le constat d’une vaste campagne de dénigrements et de manipulations de l’opinion publique par certains acteurs à la recherche de visibilité politique. Pour couper court à cette exploitation abusive et éhontée des nobles intentions de la population de Ouanaminthe, il encourage les deux gouvernements à s’engager sur la voie du dialogue, de la concertation et du compromis, en vue d’une résolution convenable de ce contentieux inutile et injustifiable. Les Gouvernements passent et partent avec leurs projets et leurs rêves. Par contre, les peuples haïtiens et dominicains sont condamnés à vivre ensemble et pacifiquement sur cette terre qu’ils partagent en commun.

La résolution du Conseil de Sécurité relative à la Mission Multinationale d’Assistance à la Sécurité

Le Conseil de Sécurité de l’Organisation des Nations Unies a récemment approuvé une résolution autorisant le déploiement en Haïti d’une Mission Multinationale d’Appui à la Sécurité pour Haïti. Cette mission, placée sous le leadership du Kenya, n’est pas appréciée par tous les acteurs avec le même intérêt. Les réticences des uns et autres, quant à l’arrivée, sur notre sol et en moins de trente ans, de nouvelles forces militaires internationales et pour les mêmes causes et motifs, sont plus que légitimes. Il reste néanmoins indéniable que les forces nationales de sécurité, en dépit de la bonne volonté de leurs membres et des efforts du Gouvernement pour les doter de matériels et équipements nécessaires, sont incapables à elles- seules de mettre un terme à la terreur des gangs armés.

Le peuple haïtien paie déjà un assez lourd tribut pour cette insécurité galopante et généralisée. Leur quotidien est fait de meurtres en cascade, d’enlèvements et de séquestrations contre rançons, de vols, de pillages, d’incendies des biens de paisibles citoyens et de milliers de réfugiés et déplacés internes. Nous ne devons plus continuer, à nous complaire dans cette forme de nationalisme de façade, à refuser une assistance étrangère en la matière.

L’organisation des élections

L’urgence de l’organisation des élections générales, non seulement, pour mettre un terme à cette transition qui donne l’impression de s’installer dans le temps, mais encore, pour le retour à la stabilité politique indispensable au progrès économique et social du pays. Les dernières élections, tenues dans le pays, datent de 2016. Les droits du peuple haïtien de choisir librement ses dirigeants à travers un processus électoral régulier, tel qu’il l’a affirmé et exprimé à travers le vote par voie référendaire de la Constitution de 1987, ont été systématiquement violés au cours des treize dernières années. Les différentes crises politiques que le pays a connues au cours des vingt-quatre (24) dernières années, ont été toutes des crises électorales. C’est à bien des égards le résultat du non-respect par les autorités élues des principaux échéanciers électoraux pour le renouvellement du personnel politique. Les gouvernements, qui se sont succédé à la tête du pays, de 2011 à 2023, n’ont organisé qu’une compétition électorale (2015-2016) sur les sept prévues pour la même période, selon les échéanciers électoraux établis par la loi-mère.

Toute élection tenue, sous l’empire de la Constitution en vigueur produira les mêmes crises que celles que nous connaissons aujourd’hui ! Un Etat démocratique, sans un seul élu, voilà bientôt deux ans, quel paradoxe ! La révision ou la réforme de la Constitution, ne serait-ce que pour harmoniser la durée des mandats des élus et le temps constitutionnel, s’impose avant même la tenue de toutes nouvelles élections.

En cette journée commémorative, rappelons-nous, non seulement, du sacrifice de l’Empereur, mais aussi de la responsabilité qui nous incombe en tant qu’héritiers de cette nation, forgée au prix du sang. Unis dans la mémoire de notre fondateur, œuvrons ensemble pour la transformation de notre Haïti en un Etat démocratique, stable, solidaire, prospère et compétitif pour le bien-être des générations présentes et futures.

Que les esprits lucides comprennent et prennent note !

Jocelerme PRIVERT
57ème Président de la République d’Haïti
Port-au-Prince, le 16 octobre 2023

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *